Logo du site se-lancer-en-freelance.com

Des conseils pour devenir Freelance et changer de vie !

Le guide PDF “12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise”

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d’entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

par | 7 Oct 2020 | Devenir freelance

Accueil » 4 solutions pour créer son entreprise en étant salarié
Temps de lecture : 5 minutes

4 solutions pour créer son entreprise en étant salarié

Depuis quelques années, un Graal est apparu chez les salariés souhaitant voler de leurs propres ailes, la rupture conventionnelle. Malheureusement, ce dispositif très utilisé pour mettre fin à un contrat CDI et pouvoir toucher les indemnités chômage s’avère impossible d’accès lorsque l’employeur ne souhaite pas mettre en place de rupture conventionnelle. Dans ce cas, vous n’aurez pas le choix et vous devrez démissionner, sachez que vous pourrez bénéficier de l’allocation retour à l’emploi (ARE) dans ce cas précis.

Avant de parler des possibilités pour créer une entreprise en étant salarié, je voulais illustrer cet article par cette publication du compte Instagram generation.freelance (merci Aurélien d’avoir accepté que je partage cette publication dans l’article), qui me semble très parlante. N’oubliez pas que créer une entreprise implique de passer à l’action et de tout mettre en oeuvre pour concrétiser ses idées, sinon vous ferez partie des “entrepreneurs désireux”.

Démissionner pour pouvoir créer son entreprise n’est pas systématique

Tout dépend de votre contrat de travail, si vous êtes actuellement en CDD, vous devrez aller au bout de votre CDD avant de pouvoir vous lancer. Si vous êtes en CDI, deux options sont possibles :

  • vous négociez avec votre employeur une rupture conventionnelle
  • vous démissionnez, mais vous devrez respecter un préavis avant de pouvoir partir de l’entreprise

N’oubliez pas non plus que lorsque vous quittez un poste salarié, votre ancien contrat de travail mentionne peut être des clauses de non-concurrence. Dans ce cas, vous devrez forcément attendre de créer votre entreprise si celle-ci vient en concurrence de votre ancien employeur. Retenez également qu’une clause de non-concurrence n’est valide qu’à condition d’être limité dans le temps et l’espace (par exemple : 2 ans sur la région Rhône-Alpes) et surtout doit être indemnisée par votre ancien employeur. Si votre ancien employeur ne vous verse pas d’indemnités compensatrices, la clause de non-concurrence est réputée nulle par les tribunaux.

Bien que la rupture conventionnelle ou la démission semble être des solutions intéressantes pour lancer son entreprise, elles n’en restent pas moins des solutions risquées puisque vous ne percevrez l’ARE que durant un certain temps et vous devrez alors développer suffisamment votre activité pour en vivre. N’hésitez pas à consulter l’article sur les aides disponibles quand on créé son entreprise.

Nous allons voir ci-dessous plusieurs autres options intéressantes pour créer son entreprise, sans avoir besoin de démissionner.

Le congé pour création d’entreprise

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous avez la possibilité de demander à votre employeur, un congé pour créer ou reprendre une entreprise. Comme tout congé, il est soumis à son approbation et il peut très bien vous le refuser.

Cependant si vous avez l’accord de votre employeur vous pourrez bénéficier d’un congé allant jusqu’à 1 an et renouvelable une fois (durée fixée par convention ou accord collectif), ce qui vous permet d’avoir deux années à consacrer au lancement de votre entreprise.

Pendant ces deux années, votre contrat de travail est suspendu et vous ne recevrez pas de rémunération ni d’indemnités chômage. Cependant, vous êtes sûr de pouvoir réintégrer l’entreprise à l’issue de ces deux années si votre projet ne fonctionne pas. Si au contraire votre projet fonctionne, vous pourrez très bien à ce moment-là démissionner ou faire une rupture conventionnelle et bénéficier de l’ARE.

À mon avis, le congé pour création d’entreprise est un bon moyen de se lancer en ayant l’assurance de reprendre son poste si votre projet ne fonctionne pas. De plus, le fait de ne pas recevoir d’indemnités chômage ou de rémunération vous poussera à développer votre business au plus vite. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de me motiver à trouver rapidement des clients lorsque je me suis lancé, car la seule aide à laquelle j’avais droit en étant jeune diplômé était l’Aide Personnalisée au Logement (APL), je n’avais même pas droit au RSA ou à la prime d’activité, car j’avais moins de 25 ans.

Vous pouvez avoir plus d’infos sur le congé pour création d’entreprise sur le site service public.

Le temps partiel pour création d’entreprise

L’alternative au congé pour création ou reprise d’entreprise qui est à mon sens moins risquée est le temps partiel pour création ou reprise d’entreprise. Le temps partiel pour création d’entreprise vous permet ainsi de continuer à travailler chez votre employeur sur un temps réduit, tout en bénéficiant d’une partie de votre ancienne rémunération. Ainsi vous aurez un minimum qui vous permettra de vivre et de vous ouvrir des droits à la prime d’activité par exemple (puisque vous serez à temps partiel).

La durée de ce temps partiel pour création d’entreprise peut aller jusqu’à 1 an renouvelable 1 fois, ce qui vous laisse jusqu’à deux ans pour développer votre activité sereinement avant de prendre la décision de revenir à 100% dans l’entreprise ou de la quitter pour vous concentrer pleinement à votre entreprise.

Ce dispositif me semble être une bonne option pour développer son activité sans grosse prise de risque, d’autant plus que vous pouvez choisir la durée du temps partiel (30%, 50%, etc.). Si votre entreprise se développe rapidement, vous pourrez être amené à vous poser la question de continuer à rester à temps partiel ou non.

Vous pouvez avoir plus d’infos sur le temps partiel pour création d’entreprise sur le site service public

La création de son entreprise en parallèle de son emploi salarié

Le statut de la micro-entreprise ainsi que son fonctionnement ont été mis en place pour favoriser la création d’entreprise au plus grand nombre. Il vous est donc possible de créer une micro-entreprise en parallèle d’un emploi salarié à condition de respecter ces points précis :

  • L’activité créée ne doit pas concurrencer celle de votre employeur

  • Votre contrat de travail ne doit pas inclure une clause vous interdisant d’avoir une activité indépendante en complément

  • Vous devez respecter les règles de loyauté et non-concurrence éventuellement présente dans votre contrat


Si vous respectez ces conditions, vous avez la possibilité de développer votre entreprise le soir et les week-ends tout en continuant à travailler et maintenir votre niveau de salaire actuel.

Cette solution est vraiment intéressante, car vous pouvez par exemple développer votre activité en douceur tout en étant dans la légalité si vous effectuez quelques ventes. Cela vous laisse ainsi le temps de tester votre marché et la viabilité de votre projet.

Le conseil que je donnerai aux personnes qui souhaitent opter pour ce type de dispositif c’est de commencer à créer une communauté autour de son projet par le biais des réseaux sociaux ou d’un blog. Le temps de mise en place et de gestion quotidienne est facilement cumulable avec un emploi salarié. De plus, cela vous permet de développer votre visibilité et de vous rendre visible sur internet en vous positionnant correctement sur Google grâce au référencement naturel. Une fois que vous aurez une communauté solide et engagée, vous pourrez alors envisager de vendre un produit ou service (formation en ligne, livre, coaching à distance ou en présentiel, etc.). Enfin, de nos jours les formations à distance explosent cela vous permettra de vous former à votre rythme et quand vous le souhaitez, ce qui est entièrement compatible avec un emploi salarié.

L’inconvénient de cette solution est que vous risquez de faire des semaines à rallonge et donc d’être plus fatigué, moins disponible pour votre famille et votre moitié. Dans tous les cas, il n’y a pas de solution miracle, chacune à son lot d’avantages et d’inconvénients.

Vous pouvez avoir plus d’infos sur les règles de cumul d’un emploi salarié et d’une micro-entreprise.

Nous avons vu 4 manières différentes de créer son entreprise lorsqu’on est salarié et j’espère qu’elles vous donneront envie de vous lancer pour enfin vous épanouir dans votre travail et vivre la vie que vous rêvez. Comme vous l’avez vu, la création d’entreprise est un parcours semé d’embûches qui implique forcément une prise de risque (qui peut être limitée en fonction de la situation) et qui impliquera de s’accrocher à ses idées et de passer à l’action pour réussir, comme je dis souvent certains veulent que ça arrive. D’autres aimeraient que ça arrive. Et seulement quelques-uns font que ça arrive. Alors, faites partie de ceux qui font que ça arrive en appliquant tout ce que vous venez de voir !

J’espère en tout cas que cet article vous aura donné un coup de boost pour vous permettre d’avancer dans la création d’entreprise, si vous voulez transformer votre idée en business, n’hésitez pas à télécharger mon guide PDF gratuit “12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise”. En attendant, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article 😉

Le guide PDF "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d'entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

Vous avez trouvé une faute d’orthographe, remontez-moi l'info pour que je puisse la corriger. Comment ? En sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Guide PDF gratuit "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

couverture ebook colonne latérale des articles

4 Commentaires

  1. Guillaume

    J’ai choisi de créer mon entreprise en parallèle de mon emploi salarié. Et comme vous le dites: C’est épuisant ! Du coup, j’ai demandé à mon employeur de m’accorder 1/2 journée par semaine (non payé) afin de la consacrer à mon projet personnel. C’était une très bonne solution et cela me permet de me consacrer 4 à 5 heures pleines sur mon projet.
    Avez-vous des chiffres qui indiquent à quoi ont eu recours les entrepreneurs au moment de créer leur entreprise ?

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Bonjour Guillaume merci d’avoir partagé votre expérience avec les autres lecteurs 😉 Je n’ai malheureusement pas su trouver de chiffres à ce sujet, je voulais illustrer mon article avec ce genre de données mais je n’ai pas su trouver de sources officielles sur l’INSEE par exemple à ce propos, c’est dommage…

      Réponse
  2. Pierre

    Très bon article, personnellement je conseillerai aux personnes avant de démissionner ou de demander une rupture conventionnelle de tester leur idée de business. De commencer à gagner de l’argent avec et seulement après de demander à passer à temps partiel puis à terme de quitter leur emploi.

    Bien souvent les entreprises refusent de signer des ruptures conventionnelles car elles doivent payer une indemnité équivalente à l’indemnité de licenciement. Pour des salariés ayant un certain nombre d’années d’ancienneté le montant peu chiffrer très vite.

    Dans ces conditions et pour quand même toucher les indemnités de chômage, vous pouvez proposer à votre employeur un licenciement pour abandon de poste. Comme cela, il n’aura pas à vous payer l’indemnité de licenciement ET vous toucherez les indemnités de pôle emploi!

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Merci Pierre pour ce retour d’expérience et les précisions apportés à certains situations 😉

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mi, libero justo pulvinar commodo et, dolor. felis sem, libero

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :