Logo du site se-lancer-en-freelance.com

Des conseils pour devenir Freelance et changer de vie !

Le guide PDF “12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise”

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d’entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

par | 23 Sep 2020 | Devenir freelance

Accueil » Quelles aides pour créer ma micro-entreprise ?
Temps de lecture : 6 minutes

Quelles aides pour créer ma micro-entreprise ?

C’est assez surprenant de voir que la plupart des jeunes entrepreneurs (mais pas que) ne sont pas suffisamment informés sur les aides disponibles pour les aider à créer leur entreprise, mais également à la développer.

Je constate très souvent, que la majorité des micro-entrepreneurs et indépendants qui souhaitent se former sur une de mes formations, ne sont en général pas au courant qu’il est possible pour eux de faire prendre en charge cette dernière.

C’est pourquoi j’ai essayé dans cet article de vous rassembler la plupart des aides disponibles quand on se lance afin que vous puissiez être informé sur les aides à la création d’entreprise.

Sachez tout d’abord qu’il y a plusieurs types d’aides pour créer son entreprise et qu’elles peuvent prendre la formation soit d’une aide financière, soit d’un accompagnement, soit d’une aide pour vous permettre de vous former et ainsi de monter en compétences.

L’allocation chômage d’Aide au Retour à L’Emploi (ARE)

Il n’est pas rare lorsqu’on décide de se lancer de se poser la question suivante : comment financer les premiers mois de son entreprise avant d’avoir ses premiers clients ?. La garantie d’une autre source de revenu pendant un certain temps peut s’avérer être un moyen de rassurer bon nombre de jeunes indépendants.

Si avant de créer votre entreprise, vous étiez salarié, sachez que vous pouvez bénéficier de cette aide sous certaines conditions :

  • Privatisation involontaire de votre emploi (non-renouvellement de votre CDD, rupture conventionnelle, licenciement, démission considérée comme légitime, etc.)
  • Avoir travaillé au moins 130 jours ou 910 heures au cours des 24 derniers mois
  • Être apte physiquement pour travailler
  • Résider en France

Le calcul de l’ARE est assez complexe, pôle emploi met à votre disposition un simulateur pour vous permettre de calculer le montant auquel vous pouvez prétendre.

Prenons cependant un exemple, imaginons que j’ai travaillé du 1/01/2020 au 31/08/2020 et que mon salaire mensuel brut était de 1300€. J’aurai ainsi droit à une indemnisation mensuelle de 881,40€ net pendant 8 mois et quelques jours (247 jours au total).

Cependant si vous avez déclaré du chiffre d’affaires pour votre entreprise un abattement de 50% de ce dernier sera à déduire du montant de l’ARE versé. Ainsi si vous avez réalisé 500€ de CA, vous devrez déduire 250€ au 881,40€ soit un montant de l’ARE versé par Pôle Emploi de 631,40€.

Ce qui veut dire que ce mois-là vous aurez un salaire de 500€ + 631,40€ soit 1131,40€, ce qui vous permet de pouvoir vous concentrer plus facilement sur le développement de votre activité sans crainte de ne rien avoir à la fin du mois.

Vous retrouverez l’ensemble des informations sur l’ARE ici.

Si vous avez épuisé vos droits au chômage, vous pouvez bénéficier de l’Allocation de Solidarité Spécifique, plus d’infos ici.

La prime d’activité

Lorsque vos droits à l’ARE seront terminés ou si vous n’y êtes pas éligible, vous pouvez demander la prime d’activité. Cette prime vous permet d’obtenir un complément de revenu si vous travaillez et que le montant de votre salaire n’est pas suffisant.

Le montant de la prime d’activité est revalorisé tous les 3 mois et vous devez déclarer vos trois derniers chiffres d’affaires. Ainsi vous pouvez y être éligible en cas de coup dur puis plus lorsque la situation s’améliore. Pensez donc à faire une simulation régulièrement sur le site de la CAF.

Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise (ARCE)

Nous avons vu que l’ARE vous permettait d’obtenir le versement d’une indemnité chômage tous les mois. Cependant, vous pouvez très bien opter pour un versement de ces indemnités en deux fois, c’est ce que l’on appelle l’ARCE.

Pour en bénéficier, vous devez déjà bénéficier de l’ARE et bénéficier également de l’ACRE (j’y viens juste après).

L’ARCE, vous sera versée en deux paiements, un premier paiement correspond à la moitié de l’aide lors de votre demande puis le solde restant 6 mois après.

L’avantage de l’ARCE est que son montant n’est pas impacté par vos revenus. En effet, nous avons vu qu’un abattement de 50% de votre CA mensuel est déduit du montant de l’ARE, ici ce n’est pas le cas. Cependant, le montant de l’ARCE est calculé en prenant 45% du montant total disponible pour l’ARE, les 55% restants sont conservés dans le cas d’un retour par la case chômage plus tard dans votre vie.

Si vous ne pensez pas générer de chiffre d’affaires important sur les premiers mois, je vous conseille de rester sur l’ARE. Toutes les infos sur l’ARCE sont ici !

Aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ACRE)

L’ACRE est un moyen efficace pour baisser le montant de vos cotisations sociales, de plus cette aide est indispensable si vous souhaitez obtenir l’ARCE, comme nous avons vu plus haut.

Cette aide est accessible à presque tous les auto-entrepreneurs ou micro-entrepreneurs qui viennent de créer leur entreprise et qui sont au chômage. Je vous conseille de regarder si vous y êtes éligible ici.

En fonction du montant de votre chiffre d’affaires, vous allez pouvoir bénéficier d’une exonération totale ou partielle du montant de vos cotisations sociales. Ce qui peut être un véritable coup de pouce pour améliorer votre trésorerie au début.

Accompagnement dans la création d’entreprise avec le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE)

Si vous avez lu ma présentation, vous savez que j’ai lancé mon entreprise en passant par une couveuse d’entreprise et donc un CAPE.

Le CAPE est un moyen de vous lancer sans prendre aucun risque et d’être accompagné dans les étapes. En effet, la structure avec qui vous allez signer un CAPE est appelée une couveuse d’entreprise. Cette dernière va vous prêter (durant un temps donné) son numéro SIRET (de déclaration d’entreprise) qui va vous permettre de commencer à facturer vos prestations à vos clients. Ainsi vous allez pouvoir tester votre projet en condition réelle et être accompagné mensuellement dans votre comptabilité et dans le développement de votre activité.

La couveuse ne vous permettra pas de vous verser un salaire, cependant vous pourrez rembourser les investissements financiers liés à votre entreprise (à hauteur du chiffre d’affaires réalisé) et continuer à bénéficier de vos droits à l’ARE intégralement (le chiffre d’affaires réalisé en couveuse ne sera pas déduit de votre ARE).

Se former pour se donner toutes les chances de réussir

Lorsqu’on lance son activité on part en général d’une page blanche, ainsi il est nécessaire de tout construire. Il faut trouver ses premiers clients, créer son site internet, se rendre visible sur les réseaux sociaux, etc. La plupart du temps vous aurez envie de déléguer cela à des professionnels, mais le budget n’est pas souvent là ou alors il est trop important, et vous préférez investir ce budget ailleurs dans le développement de votre entreprise.

Mais heureusement en France, certaines formations peuvent être prises en charge et mes formations, sont éligibles à tous les financements que nous allons voir ci-dessous.

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Dès lors que vous êtes en activité professionnelle, vous accumulez des droits pour vous former. Le montant de vos droits varie en fonction de votre niveau de qualification, mais en 2020 quelqu’un qui travaille à plein temps bénéficie au minimum de 500€ de droits. Sachez également que le montant de votre solde CPF est plafonné à 5 000€ vous devez donc l’utiliser régulièrement.

L’Aide Individuelle à la Formation (AIF)

Ceux qui sont inscrits auprès de Pôle Emploi peuvent mobiliser une aide pour faire financer votre formation. Pour cela, vous devez prendre rendez-vous avec votre conseiller et motivez votre demande de financement autant que possible, vous pouvez même lui faire un courrier de motivation en expliquant pourquoi la formation que vous souhaitez faire est celle qui vous aidera le mieux dans le développement de votre activité. Si vous n’êtes pas suffisamment motivé, Pôle Emploi refusera votre demande de financement.

Dans ce cas précis, l’organisme en charge de la formation s’occupe des démarches dès que vous avez pris contact avec votre conseiller et que celui-ci vous a donné son feu vert pour le financement de la formation. Sachez que vous aurez un délai d’instruction de votre dossier de 15 jours environ.

Les Fonds d’Assurance Formation

Si vous êtes déjà entrepreneur depuis plus d’un an, vous cotisez normalement à la formation professionnelle auprès de l’URSSAF qui se charge de reverser la part dédiée à la formation à l’un de ces fonds d’assurance formation :

  • L’AGEFICE, pour les activités commerciales, industrielles ou les prestations de services (hors professions libérales)
  • Le FIFPL, pour les activités libérales et travailleurs indépendants
  • Le FAFCEA, pour les activités artisanales (appartenant à la liste des métiers imposant une inscription au Répertoire des métiers)

Sachez que le montant de vos droits ne dépend pas du montant de votre cotisation à la formation professionnelle, chaque FAF dispose d’une grille qui plafonne ce montant en fonction du type de formation, du secteur d’activité auquel vous dépendez (code NAF) et de la durée de la formation. La prise en charge de la formation peut être totale ou partielle et vous aurez un délai d’instruction de votre dossier d’environ 30 jours.

En moyenne vous pouvez prétendre à un budget de formation entre 900€ et 1200€ par année civile.

Si vous comptez créer votre entreprise prochainement ou que vous l’avez créée, il y a quelques jours, il y a de fortes chances que vous puissiez prétendre à une ou plusieurs de ces aides, pensez à les demander, car cela peut vous aider à démarrer du bon pied 😉

Si au contraire vous êtes déjà lancé et que vous souhaitez vous former, normalement vous devriez pouvoir le faire sans avoir besoin de toucher à votre trésorerie avec les aides que nous avons vu plus haut et ça c’est top 💪

J’espère que cet article vous a apporté tous les éléments dont vous aviez besoin, si vous avez des questions où que certains points ne sont pas clairs, n’hésitez pas à mettre un petit commentaire afin que je puisse vous éclairer. Dans tous les cas, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article !

Le guide PDF "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d'entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

Vous avez trouvé une faute d’orthographe, remontez-moi l'info pour que je puisse la corriger. Comment ? En sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Guide PDF gratuit "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

couverture ebook colonne latérale des articles

12 Commentaires

  1. Aurlane

    Merci pour ton article Vincent !
    Il tombe à pic pour moi car je viens tout juste de le déclarer auto entrepreneur !
    J’avance que j’étais un peu perdue au niveau des aides et je vais donc garder ton article sous la main !

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      De rien Aurlane 😉 Ah ben si j’ai pu t’aider à y voir plus clair dans la jungle des aides et qu’il tombe à pic c’est parfait ! Objectif atteint ✅ pour moi ☺️

      Réponse
  2. Damien Renneville

    Merci pour cet article complet et intéressant 🙂

    Je ne connaissais pas le CAPE. Ça peut être intéressant pour quelqu’un aux ARE.

    Peux tu préciser ce que la couveuse demande en compensation ?

    Un pourcentage sur les bénéfices ?

    Et aussi, combien de temps cela peut durer ?

    Merci

    Damien

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Bonjour Damien,
      Merci pour ton commentaire 😉 Concernant le dispositif de la couveuse, dans celle où j’étais (mais cela peut être légèrement différent dans d’autres couveuses), on devait reverser à la couveuse 5% de notre chiffre d’affaires (CA) au titre de la partie administrative (comptabilité et gestion), au titre des formations gratuites et de qualité auxquelles on avait accès et de l’accompagnement également. Sachant que dans tous les cas on ne pouvait pas se verser de salaire donc le CA réalisé servait exclusivement à payer les investissements pour l’entreprise et rembourser les frais avancés au titre de l’entreprise. Pour ce qui est de la durée de mémoire c’était 1 an renouvelable 1 fois. Tu peux trouver la couveuse la plus proche de chez toi et des informations à propos de ce dispositif sur le site de l’Union des Couveuses de France (https://jetestemonentreprise.com/).

      Réponse
  3. Marion Geyres

    Très belle synthèse pour encourager les nouveaux indépendants 🙂 ! Au plaisir d’échanger !

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Merci Marion pour ton commentaire, oui je crois qu’il va falloir qu’on échange ton blog est aussi super intéressant 😉

      Réponse
  4. Mélissa

    Merci pour cet article récap Vincent. Très intéressant. Et pour ceux qui se lancent dans une nouvelle activité et qui souhaitent proposer des formations à leur tour, sais-tu comment être compatible CPF ? Bien à toi.

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Merci Mélissa pour ton retour 😉 Concernant l’éligibilité au CPF il faut nécessairement devenir organisme de formation (obligatoire à partir du moment où tu formes des gens même si tu ne collectes pas les financements publics type CPF et OPCO) puis il faut ensuite soit créer une certification à France Compétence, soit passer par un organisme qui possède déjà une certification (moyennant finance), soit s’adresser à des publics particuliers (ce qui est mon cas et qui facilite les choses). Bien évidemment à partir de janvier 2022 (normalement c’était 2021 mais avec le COVID ça a été repoussé) il faudra en plus être certifié QUALIOPI (audit qualité par un organisme externe), je suis dans la démarche de certification actuellement et je devrai l’obtenir cette année mon label QUALIOPI. Bref c’est beaucoup d’administratif et de frais, il faut du coup bien peser le pour et le contre en fonction du volume d’apprenants que tu as chaque année (pour mon cas la formation représente 60% de mon chiffre d’affaires et je forme plus de 1000 apprenants par an). Si tu veux en parler n’hésite pas à venir me contacter en Message Privé 😉

      Réponse
  5. Charlotte

    Super article Vincent qui va m’être bien utile. Je ne connaissais pas l’ACRE et vais continuer de me renseigner à ce sujet 😉

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Super ! Content que tu ais découvert le dispositif de l’ACRE si tu es déjà lancée ne tarde pas pour la demander car après tu ne pourras plus en bénéficier 😉

      Réponse
  6. Nicolas

    Top article ! C’est vrai qu’il n’est pas toujours évident de savoir de quelles aides on peut bénéficier dès lors qu’on est livré à soi-même. Toutes ces aides ne sont pas de trop quand on se lance. Autant avoir conscience de celles auxquelles on peut prétendre. Merci

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Exactement Nicolas, s’y retrouver n’est pas toujours facile alors j’ai essayé d’être exhaustif et clair sur les aides disponibles car comme tu le dis ça peut vraiment aider à développer l’activité sur les premiers mois !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

lectus in libero consequat. id, mattis eleifend felis Donec eget Nullam leo

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :