Logo du site se-lancer-en-freelance.com

Des conseils pour devenir Freelance et changer de vie !

Le guide PDF “12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise”

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d’entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

par | 8 Juil 2020 | Devenir freelance

Accueil » Comment fixer le tarif de vos prestations en freelance ?
Temps de lecture : 8 minutes

Comment fixer le tarif de vos prestations en freelance ?

Je crois que la question du tarif de ses prestations est une des questions que l’on se pose en premier lorsqu’on crée une entreprise. Bien évidemment connaître son TJM ou Taux Journalier Moyen est quelque chose d’essentiel puisque c’est lui qui va vous permettre d’atteindre votre objectif de chiffre d’affaires (CA) que vous vous fixez. Tiens d’ailleurs en parlant d’objectif, je pense qu’il faut qu’on aborde cela avant de parler du tarif auquel vous devez vous vendre en tant que freelance.

Les objectifs, pourquoi et comment les fixer ?

Connaître le prix auquel vous allez pouvoir fixer vos prestations répond bien à un objectif, non ? Vous allez voir qu’en définissant correctement cet objectif, qui indirectement est de gagner votre vie (sauf si vous avez gagné au loto et que vous lancez votre entreprise juste pour vous occuper) la question du prix de vos prestations sera bien plus claire.

Avant de travailler un peu, j’ai oublié de vous préciser dans mon premier article que vous alliez travailler. Eh oui, il ne suffit pas de lire des articles et de se former pour réussir quand on lance son entreprise, il faut appliquer ce que l’on a vu au cours des formations suivies et de ses lectures.

Si vous avez lancé votre entreprise, c’est que vous souhaitez atteindre un objectif, n’est-ce pas ? Pour mon cas, l’entrepreneuriat m’a permis de donner du sens à ma vie en transmettant aux autres mon parcours, mes erreurs et mes expérimentations. Bon ok, ça s’apparente plus à un but qu’un objectif, vous allez comprendre pourquoi.

Pour atteindre ce but que je me suis fixé, j’ai un objectif (parmi tant d’autres) que je cherche à atteindre qui est celui de gagner le même niveau de revenu qu’un ingénieur (pour comprendre pourquoi n’hésitez pas à regarder mon parcours).

Je sais qu’en France, c’est très mal perçu de parler de salaire ou autre, et que cela peut-être vu comme une forme d’exposition. Sachez que je me fiche de l’avis des personnes qui peuvent trouver cela dérangeant, je pars du principe que j’aurais aimé lire ce genre d’article lorsque j’ai démarré en Freelance. Cela permet en plus de s’appuyer d’un cas réel et de montrer la réalité lorsqu’on lance son entreprise (qui est l’objet même de ce blog.

J’ai donc construit mon objectif ainsi au lancement de mon entreprise qui est le suivant :

“Parvenir à me verser 2500 € de salaire net minimum chaque mois grâce à mon entreprise d’ici 6 mois”.

Apprenez vous aussi à créer un objectif correctement en lisant mon article sur la méthodologie SMART

Cela m’a donc amené ensuite à me poser la question du montant auquel je pouvais facturer mes prestations. Et là encore, je dois dire que c’est l’échange avec d’autres Freelance plus expérimenté qui m’ont aidé à bien positionner mon offre de prix.

Tant que j’y suis à parler du réseau, ne sous-estimez jamais la puissance que peut avoir un réseau de quelques Freelance plus aguerris que vous. Il est bon dès le début de s’avoir s’entourer d’indépendants plus expérimentés, car vous pourrez échanger avec eux et surtout vous leur apporterez aussi un autre point de vue lorsqu’ils auront une problématique. De plus, vous verrez que vous n’êtes pas le seul à avoir eu tel ou tel problème et cela est rassurant. D’ailleurs, parfois, on vous donnera des solutions pour résoudre votre problème, elle n’est pas belle la vie ? 😛

Lister ses charges fixes en tant que freelance

Alors une fois que vous connaissez soit votre salaire net annuel ou mensuel que vous souhaitez obtenir, il va falloir réfléchir un peu et lister à l’écrit l’ensemble des charges (coûts) que vous allez avoir dans votre entreprise. Prenez donc un stylo et une feuille et notez toutes les sorties d’argent que vous aurez tous les mois, vous avez par exemple l’assurance responsabilité civile professionnelle, le loyer de votre bureau, les abonnements des logiciels utiles à votre activité, la mutuelle, la prévoyance (pour les arrêts maladie), etc.

Vous ne savez pas comment choisir votre mutuelle ou votre prévoyance ? N’hésitez pas à consulter mon article sur la protection sociale de l’indépendant.

Maintenant que vous avez listé ces charges, il nous manque la principale à savoir votre salaire ! On va donc repartir de votre objectif que vous avez défini précédemment, dans mon cas le salaire visé est 2 500 € net.

Il va falloir maintenant rajouter les charges sociales. Quelque chose qui est génial quand on est à son compte, c’est que la plupart des personnes qui ne sont pas indépendantes (vos anciens collègues salariés, vos amis, etc.) ont en tête l’équation “chiffre d’affaires = salaire”, vous allez voir que ce n’est pas tout à fait ça, hein 😅

Pour l’exemple, on va partir du cas le plus simple où vous êtes en micro-entreprise et que vous vendez de la prestation de services, mais rassurez-vous si vous avez un autre statut le principe sera le même.

Quand vous êtes dans ce cas, l’URSSAF ponctionne 22,2 % de charges sociales sur le chiffre d’affaires réalisé. Ce qui signifie que pour obtenir 2 500 € net vous devez faire au minimum 3 213 € (Le calcul : 2500 ÷ 0,778 pour ceux qui veulent plus d’explications venez en commentaires, je vous donnerai le détail du calcul 😉) de chiffre d’affaires. Mais attention ! Cela ne tient pas compte des charges fixes que vous avez noté plus haut, il va donc falloir les ajouter. Si vous aviez listé 250 € de charges fixes plus haut alors le chiffre d’affaires à faire serait de 3 463 €. Obtenez plus de détails sur le montant des charges sociales en fonction de votre statut sur le site officiel www.autoentrepreneur.urssaf.fr.

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Boite Numerique (@laboitenumerique) le

Image réalisée par le site laboitenumerique.fr

Une fois que vous avez fait cela, vous connaissez ce qu’un comptable appellerait le point mort, c’est-à-dire le minimum de chiffre d’affaires à réaliser pour couvrir l’ensemble des charges fixes (salaire compris) de l’entreprise.

On a donc une première base de calcul qui n’inclut pas les frais de déplacement et les charges que chaque client pourrait générer. Nous verrons comment les impacter dans la prestation du client dans un prochain article.

Déterminer son taux journalier ou taux horaire moyen

Nous avons désormais une bonne base de travail puisqu’on sait combien on souhaite gagner chaque mois et combien on va dépenser chaque mois au minimum pour pouvoir travailler. Afin de déterminer le taux horaire ou le taux journalier moyen, il va falloir identifier le nombre de jours travaillés dans le mois.

Pour cela un calcul tout simple, dans un mois il y a environ 4 semaines, si vous travaillez du lundi au vendredi alors vous pourrez vendre au maximum 20 jours de travail (5 jours x 4 semaines).

Certains vont me dire “Vincent, c’est pas tout à fait ça, car j’ai de la compta, de la prospection et d’autres tâches à faire aussi”, eh oui ! Être à son compte ce n’est pas que travailler pour ses clients, c’est aussi passer du temps à gérer de l’administratif lié à l’entreprise et prendre le temps de se faire connaître, de communiquer, de se former, de faire des devis, etc.

Pour faire simple, retenez que chaque mois, vous avez environ 5 jours qui sont consacrés à cela. C’est une moyenne et c’est ce que j’ai pu remarquer et mesurer pour mon cas, et comme vous ne savez pas au départ combien de temps cela va vous prendre, je vous conseille de partir sur cette estimation, que vous pourrez affiner avec le temps.

Vous l’aurez donc compris sur 12 mois de l’année vous n’allez pouvoir facturer que 15 jours par mois soit 180 jours dans l’année. Bon ok, ça, c’est à condition que vous ne preniez pas de vacances. Ne faites pas l’erreur que font beaucoup de créateurs de dire “la première année, je ne prends pas de vacances faut que je lance ma boîte”, c’est une très mauvaise idée et je l’ai fait sur ma première entreprise. Vous ne devez pas culpabiliser parce que vous prenez quelques jours de vacances. D’une part vue le nombre d’heures de travail que vous allez faire (en moyenne 10 h par jour), vous méritez de prendre au moins deux semaines par an, ça permet de souffler un peu et vous verrez qu’à votre retour de vacances vous serez plus efficace.

Sur ma première entreprise, je n’ai pas pris une journée de repos sur la première année, je travaillais tous les jours (même le dimanche) et au bout d’un an, j’étais vidé ! Si j’avais pris des vacances, j’aurais pu être plus productif sur certaines périodes, car à des moments, j’étais tellement fatigué que je n’étais quasiment pas productif.

Même si la première année vous ne prenez pas 5 semaines de vacances, essayez de prendre au moins 2 semaines ça vous fera le plus grand bien vous verrez 😉

En tant qu’indépendant les congés payés, on ne connaît pas, par contre il va bien falloir financer votre temps où vous ne travaillez pas, quand même ! Alors pour cela, je vous conseille de vous fixer un nombre de semaines de vacances dans l’année que vous comptez prendre, pour l’exemple, je partirai sur 5 semaines par an, soit 25 jours de congés.

Je vais donc déduire ces 25 jours aux 180 jours de travail facturables à un client soit 155 jours. Ça y est vous connaissez maintenant l’objectif de chiffre d’affaires mensuel à faire, le nombre de jours facturables dans une année, je crois qu’on a tout. 😉

Donc mon objectif de CA mensuel est de 3 463 €, soit sur l’année 41 556 € (3 463 € x 12 mois) de chiffre d’affaires HT à réaliser. J’attire votre attention sur le fait que pour le salaire visé de cet exemple, il se peut que vous dépassiez le plafond de chiffre d’affaires de la micro-entreprise, ce n’est pas gênant car vous baculerez juste à la TVA. Cela signifie que vous devrez facturer de la TVA et que vous récupérerez la TVA sur vos achats. De toute manière, notre calcul étant sur la base du HT, cela n’a aucun impact sur le TJM.

Pour connaître le TJM, il suffit désormais de diviser l’objectif de CA annuel par le nombre de jours facturables, soit un TJM de 268,10 € HT (41 556 € / 155 jours). Si vous voulez obtenir votre taux horaire il suffit alors de diviser le TJM par le nombre d’heures travaillées dans la journée, si on part sur une base de travail journalière de 8 h, on est autour de 33,51 € HT de l’heure.

Comment fixer ses tarifs quand on est indépendant ?

Maintenant que vous connaissez votre taux horaire, vous savez que vous ne pouvez pas descendre en dessous de 33,51 € de l’heure quand vous facturez une prestation. Cela ne vous empêche pas de facturer plus cher de l’heure, si vous faites cela, vous atteindrez plus vite votre objectif mensuel de chiffre d’affaires. Mais lorsqu’on vous demande une remise vous savez que vous pouvez éventuellement descendre jusqu’à ce montant, mais pas en dessous (attention aux clients qui demandent une remise, on aura l’occasion d’y revenir dans un prochain article).

Personnellement, comme je n’arrive pas à remplir mon agenda de 15 jours de travail pour des clients, je vends en général ma prestation autour de 50 € de l’heure lorsque la prestation est ponctuelle et à 34 € de l’heure lorsque le client s’engage sur une mission de plusieurs mois ou d’un an. En tant qu’indépendant vous êtes libre de fixer vos honoraires comme vous le souhaitez, et ce calcul vous aide à formuler plus précisément votre offre de prix.

Gardez en tête que votre objectif est de réaliser un certain montant de chiffre d’affaires donc de vendre les fameux 15 jours de travail par mois, vous avez donc tout intérêt à proposer un tarif dégressif à vos clients fidèles ou qui s’engagent sur des missions de longue durée. En effet, se sont eux qui vont vous aider à atteindre votre objectif autant les fidéliser et donner envie aux nouveaux clients de travailler sur la durée avec vous.

J’espère que cet article vous aura été utile et vous aura apporté pleins d’éléments pour vous permettre de répondre une bonne fois pour toute à cette question du prix de ses prestations. En tout cas, j’ai essayé de vous donner tous les éléments de réflexion que j’ai pu collecter sur le sujet depuis que je me suis lancé au travers d’articles sur le web ou de retours d’expériences d’autres indépendants. Si vous avez d’autres méthodes ou conseils à ce sujet, n’hésitez pas à les laisser en commentaires afin d’en faire profiter l’ensemble des lecteurs de cet article 😉

Pour résumer :

Petite infographie pour résumer tout ce que nous avons vu 😉 (pour agrandir l’infographie il suffit de cliquer dessus)

Infographie qui résume la méthode pour fixer son tarif de freelance

Le guide PDF "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

Vous êtes nouveau ici ? Vous voudrez sans doute lire mon guide pdf gratuit qui vous aide à mieux définir votre projet de création d'entreprise et ainsi vous lancer Cliquez-ici pour télécharger le guide pdf gratuitement

Vous avez trouvé une faute d’orthographe, remontez-moi l'info pour que je puisse la corriger. Comment ? En sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Guide PDF gratuit "12 semaines pour franchir le pas et créer son entreprise"

couverture ebook colonne latérale des articles

8 Commentaires

  1. Anne-Angélique

    Super article, bien détaillé ! Une petite infographie pour schématiser les calculs serait la bienvenue. Est-ce que tu comptes parler des différents statuts ? de l’optimisation fiscale ? des différentes aides quand on démarre ? Proposer des modèles de contrat ?

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Merci Angélique pour ton commentaire 😉 Oui je compte parler de tout cela dans différents articles, il y a tellement à dire !

      Réponse
  2. Valerie

    Bonjour Vincent,
    Merci pour cet article très intéressant ! Tu as tout as fait raison, il faut anticiper tous les coûts et les charges pour pouvoir fixer son taux horaire ! Il n’y a rien de pire que de réaliser qu’on est mal payé pour un travail réalisé ! Et il ne faut surtout pas hésiter en parler avec ceux qui ont de l’expérience comme free lance, pour ma part c est ça qui m’a permis de fixer le bon taux ! Valérie

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Bonjour Valérie,

      Tout à fait rien de plus désagréable que de travailler à un tarif trop bas pour pouvoir en vivre. Malheureusement beaucoup de freelance se distinguent juste sur le prix et proposent des prix très bas. J’espère que mon article aidera les personnes qui sont dans cette situation 😉
      À bientôt sur le blog !

      Réponse
  3. Lenoyaudujardin

    Merci pour cet article bien utile lorsqu’on débute.
    C’est vrai que je n’ajoutais pas suffisamment de frais dans l’évaluation du tarif à proposer.
    Du coup à époque j’ai jeté l’éponge car pas rentable. Je pense aussi que c’était le “syndrome de l’imposteur” comme on dit, alors que lorsqu’on (se) justifie ses coûts, on sait qu’on ne gruge pas les gens.
    je redémarre un nouveau projet et tes conseils me seront bien utiles.

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Bonjour Corinne, je suis content de lire ton commentaire et de voir que mon article te sera utile merci à toi pour ton retour 😉

      Réponse
  4. Guillemette alias Mademoiselle Guiga

    Bonjour Vincent! Article très utile comme nouvelle micro-entrepreneuse! Merci! Très claire et bien illustré!
    J’aime beaucoup ton infographie qui résume très bien! Je l’aurais bien enregistrée sur Pinterest pour y revenir facilement plus tard ;). Une option à étudier. Bravo en tout cas!

    Réponse
    • Vincent VERDIER

      Bonjour Guillemette,

      Merci pour ton retour 😍 content qu’il ait pu t’aider tu trouveras de nombreuses ressources utiles pour toi chaque semaine. Je sors un article par semaine le mercredi 😉
      A très vite !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dolor ut Praesent id mattis quis, risus dapibus commodo Aenean vel, tristique

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :